MANAGEMENT ET GOUVERNANCE : L’UTOPIE DE LA COOPÉRATION

Conférence prononcée le mercredi 18 avril 2018 à Nancy dans le cadre des événements organisés par le Club du Mercredi. Je reviens sur les fondements de l'industrialisme, de Saint-Simon à Taylor, et montre que l'extension de la logique de coopération appelée par ces auteurs correspond à ce que nous nommons "gouvernance".    

Publicités

CAPITALISME ET CYBERNÉTIQUE : LA RÉVOLUTION CULTURELLE DU CAPITAL, DE MAXIME OUELLET

    L'ouvrage de Maxime Ouellet, La révolution culturelle du capital, sous-titré "Le capitalisme cybernétique dans la société globale de l'information", est original à plusieurs titres. Tout d'abord, si l'auteur s'inscrit explicitement dans la mouvance de Marx, il ne partage pas les poncifs marxistes, mâtinés de modernisme progressiste, de l'oppression d'une classe par une autre,... Lire la suite →

LA NOUVELLE GIGANTOMACHIE, 3 : LA GARDE DE L’INSTITUTION

Contre les promoteurs acharnés du millénarisme, de l’éradication révolutionnaire des médiations, de la destitution des corps intermédiaires tant métaphysiques que politiques, qui souhaitent abolir le monde d’œuvres pour séance tenante communier dans la foi, fût-elle celle de la performance de l’industrie et du management, se dressent des penseurs conscients de la finitude humaine et de... Lire la suite →

LA NOUVELLE GIGANTOMACHIE, 2 : LES RELIGIONS DE L’IMMÉDIATION : DU MESSIANISME RÉVOLUTIONNAIRE À L’UTOPIE INDUSTRIELLE

  Notre regard doit à présent se tourner vers l’un des lecteurs de Joachim de Flore dont la postérité révolutionnaire se réclamera fréquemment : nous voulons parler du prédicateur du XVIe siècle Thomas Münzer, qu’Ernst Bloch, dans l’ouvrage qu’il lui consacre, élève au rang de «théologien de la révolution». À lire l’Histoire générale du protestantisme... Lire la suite →

LES RÉINCARNATIONS DE L’INCARNATION – À PROPOS DE « LA RELIGION INDUSTRIELLE » DE PIERRE MUSSO

Qu’est-ce que la religion industrielle? Une métamorphose du monothéisme chrétien d’Occident, construite longuement de façon souterraine, puis ouvertement contre la religion théologico-politique, sous la forme d’un «nouveau christianisme» qui noue les éléments mis au jour par les Lumières : l’Incarnation dans l’Humanité s’auto-accomplissant dans l’Histoire, dont on peut désormais identifier des «lois» de développement (1).... Lire la suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑