QUAND LE MONDE S’EST FAIT NOMBRE – OLIVIER REY

Après Une question de taille, voici Olivier Rey de retour avec Quand le monde s’est fait nombre. On reste, me direz-vous, dans le registre de la grandeur, et c’est bien vrai. L’auteur tire magnifiquement parti de son passé de mathématicien pour nous présenter une genèse précise et détaillée des statistiques et de leur emprise progressive sur la vie des sociétés occidentales. S’il fallait résumer la thèse de l’ouvrage, alors nous la formulerions ainsi : dans une société moderne éclatée qui a brisé les cadres communautaires légués par la tradition, l’idoine moyen de retrouver une unité n’est autre que celle, certes fictive mais bien efficace, qu’offrent les indicateurs de la statistique.

On notera également ce point intéressant car trop méconnu: c’est d’abord dans le champ des sciences humaines que les statistiques ont connu leur essor (principalement avec le fameux « homme moyen » de Quételet) avant de gagner les sciences de la nature avec les travaux sur l’hérédité et la thermodynamique. Au fond, la façon dont nous traitons le monde par les chiffres reflète avant toutes choses le regard que nous portons sur notre propre identité. Quelle leçon saurons-nous en tirer?

 

Le livre est disponible sur Amazon, vous pouvez cliquer sur sa couverture :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s