Au fondement du Management : extrait

Couverture Au fondement du Management

L’achèvement de la métaphysique parousiaque dans le mouvement panorganisationnel confère aux sciences de gestion un statut sans égal par ailleurs. Elles sont le réceptacle du savoir apocatastasique : le lieu théorique du Savoir comme récapitulation de l’ensemble des savoirs rationnels issus de la décision platonicienne dont les neuf possibilités ont été énoncées dans le Parménide[1]. Aussi cette situation oblige-telle à une relecture des efforts de définition des sciences de gestion et de leurs rapports avec les autres sciences, notamment sociales et humaines. Les questions de l’identité et de la transdisciplinarité s’éclairent alors d’un nouveau jour : déconnectés du mouvement panorganisationnel, les tentatives de définition des sciences de gestion par leur objet (« le management », « l’action collective », « l’organisation », etc.) ainsi que les essais de délimitation et de franchissement de ses frontières (économie, sociologie, anthropologie, droit, biologie…) se trouvent voués à l’échec car ils se déploient dans l’espace purement régional et périphérique de la rationalité scientifique. L’inédite configuration époquale assigne, qu’on le veuille ou non, les sciences de gestion à une mission ontologique propre : être le lieu de la pensée de la synthèse de la rationalité métaphysique et de son « dépassement ». Si la philosophie, à ses débuts, portait en son tronc l’unité des potentialités de déploiement de la rationalité inaugurale, elle se scinda au fur et à mesure de l’histoire occidentale et se séparer de ses propres excroissances : les sciences de gestion sont la reconstitution de l’unité rationnelle, mais sous sa forme terminale, une fois le processus métastatique achevé.

[1] Platon, Parménide, Gallimard, 1991, 137c-165d (traduction d’Auguste Diès).

Extrait (Au fondement du Management – Théologie de l’Organisation, Volume 1)

Couverture Au fondement du Management

Autant les auteurs anonymes de Gouverner par le chaos ont su percevoir les liens entre gestion et cybernétique, autant il faut rendre grâce à Tiqqun d’explorer, à la suite de Martin Heidegger, « l’hypothèse cybernétique ». Ce que le philosophe de la Forêt Noire a évoqué sans développer : « Il n’est pas besoin d’être prophète pour reconnaître que les sciences modernes dans leur travail d’installation ne vont pas tarder à être déterminées et pilotées par la nouvelle science de base, la cybernétique. Cette science correspond à la détermination de l’homme comme être dont l’essence est l’activité en milieu social »[1], Tiqqun le pousse à son étincelant paroxysme, à tous niveaux et sur tous plans : ontologique, politique, éthique. Les travaux de cette revue, dont la parution s’est arrêtée dès le second numéro, se répartissent en deux groupes : le premier contient les réflexions sur l’être-au-monde contemporain et contient par exemple la Théorie du Bloom et la Théorie de la Jeune Fille ; le second relève de la « métaphysique critique » comme pensée et expérience de la subversion du nihilisme économique contemporain. « L’hypothèse cybernétique » appartient à ces deux catégories, elle qui débute par une présentation de la cybernétique comme nouvel être-au-monde informationnel et dispositif de contrôle damant le pion à l’autorité traditionnelle, et s’achève par des considérations stratégiques et tactiques sur les modalités du basculement de l’Empire. La cybernétique achève la métaphysique occidentale en rendant le monde totalement présent à lui-même, dans une transparence intégrale et lumineuse dans laquelle tout fondement se trouve immanentisé – l’information comme subjectum –, elle est la métaphysique de la fin de la métaphysique. Elle intensifie jusqu’à son extrême la logique du processus propre à la modernité depuis René Descartes[2], elle rend le monde liquide et fait de lui un ensemble de flux ne cessant de s’accélérer vertigineusement[3], dans une singulière ironie de l’histoire qui voit la fin de la métaphysique dans la dilution généralisée alors même qu’elle émargea des eaux de Thalès  : mais cela suppose la décapitation de tout tiers, l’éradication de toute verticalité, la suppression de toute transcendance ; la cybernétique ne suppose plus que l’on se positionne pour un choix de valeurs, mais travaille au contraire à l’acceptation par l’humanité d’un postulat d’absence de valeurs auxquelles se substituent des finalités et des buts qui permettent d’assurer le contrôle par rétroaction des comportements. Voici très précisément l’un des sens que Friedrich Nietzsche attribuait au concept de « nihilisme » : « Que s’est-il passé au juste ? Le sentiment d’absence de valeur s’est fait jour lorsqu’on a compris que le caractère de l’existence dans son ensemble ne saurait être interprété ni par le concept de « fin », ni par le concept d’ « unité », ni par le concept de « vérité ». On n’aboutit à rien ni n’atteint rien, de la sorte […]. Bref : les catégories « fin », « unité », « être » par lesquelles nous avons glissé une valeur au monde, voici que nous les en retirons – et désormais le monde paraît sans valeur… »[4].

[1] Martin Heidegger, Questions IV, « La fin de la philosophie et la tâche de la pensée », Gallimard, 1976, p.284-285.

[2] Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p.370.

[3] Zygmunt Bauman, La vie liquide, Le Rouergue / Chambon, 2006 ; Le présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaires, Seuil, 2007.

[4] Friedrich Nietzsche, Fragments Posthumes 1987-1988, Gallimard, 1976, [99].

« Le nouveau totalitarisme » : préface de « Au fondement du Management » par Jean-François Mattéi

Couverture Au fondement du Management

Un mois avant de disparaître de façon si inattendue, le philosophe marseillais Jean-François Mattéi me fit parvenir, avec la chaleur qui le caractérisait, la préface de Au fondement du Management. J’appris plus tard, avec la parution en 2105 de son ouvrage posthume L’homme dévasté, les raisons de son intérêt pour mon travail : l’insigne rôle de la cybernétique dans la barbarie postmoderne. Voici les pages qui ouvrent le premier volume de la Théologie de l’OrganisationPréface Jean-François Mattéi

Couverture et quatrième de couverture !

Couverture Au fondement du Management

L’époque contemporaine se caractérise par la prolifération des organisations sur toute la surface du globe, par ce que Baptiste Rappin nomme « le mouvement panorganisationnel ». Si certains sociologues se sont déjà penchés sur ce « fait social total », force est pourtant de constater l’absence de sa prise en charge par la pensée philosophique. C’est à une telle tentative que nous convie l’auteur, inscrivant le management dans l’histoire de la métaphysique, mettant en évidence ses origines historiques dans la cybernétique et recherchant sa structure théologique souterraine dans la pensée juive de la Renaissance. C’est au terme de cette pérégrination qu’apparaît le caractère apocalyptique qu’indique le titre de l’ouvrage : en même temps Dévoilement et Destruction, le management a bien à voir avec la Fin, celle de l’Histoire, assurément, mais celle du Monde, vraisemblablement.